Le manganèse dans la fertilisation de la vigne

carence en manganèse pour la fertilisation des vignes la grande jaugue

Carence ou excès de manganèse… 

La carence :

  • Se manifeste tardivement à partir de la véraison
  • Diminution de la vigueur des ceps
  • Diminution de la fertilité des bourgeons
  • Effet important de la qualité de la vendange :
    • Diminution de la quantité de sucre et donc effet sur la maturité des raisins

Le visuel :

  • Jaunissement ou du rougissement diffus des feuilles, qui épargne les nervures et les zones les plus proches qui restent vertes, mais laisse apparaître des nécroses périphériques
  • Festonnage marqué et apparition d’irrégularité sur le bord des feuilles
  • Sarments présentant un aoûtement incomplet et des nécroses allongées dans l’entre-noeud

L’excès :

Le manganèse en excès (au-dessus de 400-500 ppm) peut être phytotoxique.

Dès lors, il produit des nécroses et des courbures des bords vers la face supérieure de la feuille, la coulure des inflorescences et des piqûres noires diffuses sur les noeuds et entrenoeuds, sur les pétioles et sur les nervures des feuilles, ainsi que sur les pédoncules des grappes et sur les vrilles.

 

Première approche visuel + analyse de sol et analyse  foliaire

 

La gestion de la carence en manganèse peut être réalisée par :

  • Intégration d’un fongicide contenant du manganèse (dithiocarbamates) dans le calendrier de traitement (de moins en moins utilisé à ce jour, car toxicité sur la faune auxiliaire)
  • Ou par des pulvérisations foliaires de sulfate de manganèse  en 2-3 apports avant la  floraison.

 

À noter que l’apport au sol n’est pas efficace.

La toxicité en manganèse peut être corrigée par l’apport d’amendement basique (magnésien notamment).

Posté le 12 juillet 2024