La fertilisation a pour but essentiel d’entretenir la fertilité du sol pour satisfaire les besoins des cultures

Les exportations des éléments minéraux doivent être compensées par des restitutions pour éviter l’épuisement des sols. Cette règle est insuffisante pour trois raisons :

  • de nombreux sols souffrent d’une pauvreté naturelle  en un ou plusieurs éléments nutritifs et exigent d’être  enrichis pour répondre à la définition de sol cultivé.
  • le sol est exposé à des pertes d’éléments  fertilisants par lessivage vers la nappe souterraine ou  par ruissellement et érosion vers les eaux de surface.
  • les plantes ont des besoins intenses en éléments  nutritifs appelés « besoins instantanés » au cours de certaines périodes de leur  cycle végétatif durant lesquelles les réserves  mobilisables du sol peuvent être insuffisantes.

 

La fertilisation raisonnée

Un double objectif d’efficacité et de respect de l’environnement

La fertilisation raisonnée est une des nombreuses composantes de l’agriculture raisonnée.

A partir d’objectifs de production, quantitatifs et qualitatifs, l’agriculteur calcule l’apport de fertilisants nécessaire  pour compléter l’offre du sol en éléments minéraux et satisfaire les besoins nutritionnels des plantes.

Le but est d’apporter à chaque culture, pour chaque parcelle, une fertilisation suffisante et efficace et de réduire  les pertes d’éléments dans l’environnement.

 

Le calcul de la fertilisation azotée

Le raisonnement de la fumure azotée par la méthode du bilan  consiste à équilibrer les besoins totaux en azote du peuplement végétal par un stock d’azote disponible constitué par des fournitures  du sol, des déjections animales et des fertilisants.

De plus, le principe du bilan peut être présenté par une balance avec, dans le  plateau de gauche les besoins en azote de la culture, et dans celui de  droite les différentes fournitures : sol, déjections animales, engrais.

 

Le calcul de la fertilisation phosphatée et potassique

La nutrition phosphatée et potassique des plantes dépend :

  • du degré d’exigence des cultures qui traduit leur sensibilité à une alimentation déficiente.
  • de la disponibilité des réserves en phosphore ou potassium dans le sol appréciée par le résultat de l’analyse de  terre en P assimilable et K échangeable.
  • du passé récent de fertilisation en phosphore ou potassium de la parcelle (apports récents, réguliers ou  impasses répétées)
  • de la restitution ou non des résidus de la culture précédente

 

Plan de fertilisation

Le plan de fertilisation ou plan de fumure consiste à  prévoir l’ensemble des apports d’engrais et d’amendements sur les différentes cultures et parcelles de l’exploitation ainsi que les modalités et les dates d’apport.

  • les parcelles peuvent être regroupées par zone de même potentialité. Un objectif de rendement réaliste doit être défini pour chaque zone afin de  calculer les besoins en différents éléments fertilisants  par culture. Il appartient ensuite à l’agriculteur de définir le plan  de fertilisation en tenant également compte de ses contraintes économiques et d’autres facteurs  concernant l’environnement s’il est en zone sensible.

 

Ce plan lui permet alors de :

  • commander à l’avance aux meilleures conditions
  • organiser le stockage et s’assurer de la  disponibilité des produits pour l’épandage.

 

Enfin, nos amendements sont certifiés « utilisable en agriculture biologique » par un organisme extérieur pour vous apporter le maximum de transparence et de garantie sur la qualité de nos produits.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes informations.